Menu
Avocat spécialiste en droit du travail à Paris 14
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > COMMENT LA JUSTICE PENALE ACCELERE A UN POINT QU'ELLE EN OUBLIE LES VICTIMES

COMMENT LA JUSTICE PENALE ACCELERE A UN POINT QU'ELLE EN OUBLIE LES VICTIMES

Le 25 octobre 2019

Tel est le cas du propriétaire d’une voiture dont il constate la destruction partielle un dimanche matin, du fait d’un choc intervenu dans la nuit précédente en bas de son habitation.

 

Il dépose plainte quelques jours plus tard dans l’ignorance de l’identité de l’auteur des faits et de son numéro d’immatriculation, car le véhicule responsable a été amené en fourrière entre-temps.

 

De même, la victime ignore que, trois mois plus tard, ledit auteur est condamné par une

 

Ordonnance pénale

 

Dont il n’est pas informé.

 

En effet, mystère du Code de Procédure Pénale : malgré la plainte que la victime a déposée, le Procureur ne l’a pas avisé de l’audience, et les textes en vigueur ne l’y obligent pas !

 

Ainsi, plus de 7 mois après l’accident, le véhicule n’est toujours pas réparé, son propriétaire se voyant même refuser l’accès au dossier d’enquête de police et se trouvant obligé de lancer un procès au civil contre un prévenu… dont il ignore l’adresse !

 

Certains professionnels du Droit Pénal « blanchis sous le harnois » ont pu se plaindre que la loi en faisait trop pour les victimes, notamment sous l’ère du Président SARKOZY.

 

Force est de constater qu’en l’espèce, elle n’en fait pas assez et les ignore même totalement.

 

Ainsi va le traitement des affaires simples dans les tribunaux surchargés de nos grandes cités françaises : il faut « vider les rôles » coûte que coûte, tant pis pour les victimes, surtout si elles sont assurées…

 

Or, en l’espèce, l’assureur du prévenu rechigne à prendre en charge.

 

C’est donc près d’un an après l’accident que la victime espère éventuellement obtenir enfin réparation !

 

 

Philippe CHALINE

Le 25 octobre 2019